Applications de climatisation
Print

Applications de climatisation

Solutions actuelles en matière de réfrigérants

Abandon graduel du R-22

Le Protocole de Montréal est un traité signé en 1989 par la plupart des pays du monde qui vise à réduire l'utilisation de produits nocifs pour la couche d'ozone. Le R-22, le principal réfrigérant utilisé dans les systèmes de climatisation stationnaire, un hydrochlorofluorocarbone (HCFC), est ciblé comme l'une de ces substances. Les HCFC appauvrissent la couche d'ozone et, dans le cadre du Protocole de Montréal, ils sont abandonnés graduellement partout dans le monde. En vertu du protocole, les États-Unis ont accepté d'éliminer la production de nouvel équipement chargé de R-22 et d'autres HCFC en janvier 2010. Une quantité réduite ou déterminée de réfrigérant R-22 sera produite pour l'entretien de l'équipement déjà installé jusqu'en 2020, après quoi la production et la distribution de R-22 pur seront arrêtées. À la suite de recherche approfondie, le R-410A, un hydrofluorocarbone (HFC), s'est avéré le meilleur remplacement du R-22 pour les systèmes de climatisation stationnaires pour différentes raisons. Les systèmes qui fonctionnnent avec du R-410A sont produits depuis la fin des années 1990 et ont fait leur preuve comme étant un choix fiable ayant peu d'impact sur la couche d'ozone.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le protocole de Montréal et l'abandon graduel du R-22.


Ce tableau montre la quantité de la nouvelle production de HCFC permise par la loi sur la période indiquée. La ligne jaune représente l'abandon graduel et le plafond pour les États-Unis, tel que noté ci-dessus, et la ligne verte représente l'abandon graduel et le plafond pour l'UE.

Allez dans le haut de la page

L'avenir des réfrigérants

Est-ce que le R-410A est là pour rester?

Même si les HFC, comme le R-410A, n'appauvrissent pas la couche d'ozone, ils font tout de même partie d'une catégorie de substances, comme le CO2, le méthane et d'autres gaz, que l'on qualifie de gaz à effet de serre. Ces derniers, lorsqu'ils sont émis dans l'atmosphère, sont reconnus pour capter la chaleur et réchauffent la Terre, ce qui contribue ultimement aux changements climatiques. Voir l'illustration ci-dessous. Le R-410A ainsi que les autres HFC liquides ont tous une mesure qui leur est attribuée, appelée potentiel de réchauffement de la planète (PRP), laquelle est fondée sur les impacts potentiels sur le réchauffement de la planète lorsque ces substances sont libérées directement dans l'atmosphère. Un grand nombre de ces HFC qui ont une valeur PRP élevée sont également dans le viseur pour être abandonnés graduellement ou éliminés dans le monde. De nombreuses propositions du monde entier sont étudiées par les gouvernements et dans les traités internationaux. Une des propositions, la North American Proposal (NAP), suggère d'ajouter un amendement au Protocole de Montréal invitant à abandonner graduellement la consommation des HFC selon leur valeur PRP.


Lorsque l'on prend en considération l'impact d'un réfrigérant sur les changements climatiques, il est important de tenir compte de ses effets directs s'il est émis dans l'atmosphère, ainsi que ses effets indirects en se basant sur les émissions de CO2 qui sont émises par la production d'énergie (électricité) requise pour alimenter le système de climatisation. L'effet de serre équivalent total (ESET) est une mesure utilisée pour évaluer l'impact net sur le réchauffement de la planète d'un système de climatisation qui utilise un réfrigérant donné. Comme vous êtes en mesure de le voir sur l'image ci-dessous, l'impact indirect d'un système de climatisation typique est un facteur bien plus important. L'efficacité d'un réfrigérant devient ainsi un facteur très important quand vient le temps de choisir une solution de rechange, particulièrement lorsque l'intérêt premier est lié aux changements climatiques.

La recherche d'un réfrigérant pour la climatisation ayant (1) un potentiel de réchauffement de la planète plus faible et (2) une efficacité équivalente au R-410A s'avère très difficile. Emerson, en collaboration avec des partenaires clés de l'industrie, travaille activement à l'évaluation de différents produits. En plus de considérer des produits ayant un PRP plus faible pour la climatisation, il est également prudent d'accélérer l'utilisation des solutions de rechange qui ont déjà fait leurs preuves en matière de sécurité, d'efficacité et de simplicité de mise en œuvre. Il est également important de mettre l'accent sur la prévention des fuites en améliorant les pratiques en matière de conception et d'entretien des systèmes connus pour avoir des fuites de réfrigérant.

L'AHRI a récemment annoncé qu'il réalisera une étude sur les nouveaux réfrigérants à faible PRP (PRAE). Il s'agit d'une étude similaire à celle du PRAE réalisée au cours des années 1990 qui a mené à l'utilisation par l'industrie du R-410A, comme étant le meilleur substitut au HCFC R-22.

  • Cette étude permettra de trouver et d'essayer les différentes solutions de rechange aux réfrigérants à PRP élevé.
  • Emerson Climate Technologies participe activement à cette étude.
  • Vous pouvez lire au sujet de l'étude de l'AHRI ici

Haut de la page

Le rôle de chef de file d'Emerson Climate

Collaborer avec des groupes de défense clés – ACEEE

[Traduction] Réfrigérants de prochaine génération : l'incidence sur la politique et les normes climatiques des contraintes de conception
Hung Pham, Emerson Climate Technologies
Harvey Sachs, American Council for an Energy Efficient Economy

Il n'existe pas de réfrigérant parfait pour les différentes applications de climatisation, de réfrigération et industrielles. Les principaux halocarbures (CFC, HCFC et HFC) combinent une efficacité et une sécurité excellentes à des coûts acceptables. Par contre, ils contribuent à l'appauvrissement de la couche d'ozone et au potentiel de réchauffement de la planète (PRP). Le Protocole de Montréal a éliminé le risque d'appauvrissement de la couche d'ozone en exigeant le remplacement des CFC et des HCFC par des HFC comme le R-410A, le R-407C et le R-134a. La prochaine action consiste à faire une recherche de politique et de technique à l'échelle mondiale pour trouver les réfrigérants de la prochaine génération ayant un faible PRP. Parmi les options, on trouve des réfrigérants naturels comme le dioxyde de carbone (CO2), les hydrocarbures (HC) et l'ammoniac (NH3), ainsi que les HFO et des mélanges de HFO/HFC. Tout cela exige des concessions importantes en matière de PRP, d'efficacité énergétique, de sécurité et de coûts. La politique environnementale doit prendre en considération les effets indirects d'une augmentation des émissions de CO2 associées aux réfrigérants moins efficaces, non seulement le PRP des réfrigérants.

Donner forme à la politique à titre de membre d'associations clés – Alliance for Responsible Atmospheric Policy

L'Alliance for Responsible Atmospheric Policy (ARAP) est une coalition de l'industrie qui a été mise sur pied en 1980 pour aborder le problème de l'appauvrissement de la couche d'ozone de la stratosphère. Elle est actuellement composée d'environ 100 fabricants et entreprises qui utilisent des CFC, HCFC et HFC. Aujourd'hui, l'Alliance est la voix à la tête de l'industrie qui coordonne la participation de cette dernière à l'élaboration de politiques raisonnables du gouvernement des États-Unis et à l'échelle internationale touchant la protection de la couche d'ozone et les changements climatiques.

Découvrez l'Alliance.

Haut de la page